Auteur Sujet: Sortie printaniere  (Lu 2160 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne M16

  • Messages: 986
Sortie printaniere
« le: 03 février 2017, 01:03:41 »
En ce premier jour de printemps 01 février 2016, (oui, je sais, le changement c’est maintenant !) virée solitaire entre Pougny-Chancy et Seyssel. 

Navette en train au départ de Seyssel, bon va falloir faire des sacs plus grands pour que la pagaie 2 parties puisse rentrer dedans.

Comme je n’avais pas envie de me changer au bord de la rivière je suis parti en tenue de kayak et comme je souhaitais rester un minimum discret, au milieu des frontaliers qui prennent le train pour aller bosser, j’avais mis mon sur pantalon de ski et ma veste avec mes grosses godasses j’étais tout à fait dans l’ambiance skieur, merde y'a pas de neige!

500m de portage et me voilà rendu au bord de l’eau avant que le soleil n’apparaisse à l’Est coté Suisse.

Au départ le niveau est plutôt bas mais rien d’exceptionnel. Par contre le courant est vif jusqu’au pont Carnot ou là on se retrouve au moins 5 mètres en dessous du niveau optimum. Et pour ceux qui envisageraient d’embarquer ici il faudra vous préparer à vous enfoncer jusqu’aux genoux (si ce n’est plus  dans les sédiments. En fait d’après le relevé de la station de Pougny qui se trouve en aval de mon point d’embarquement mais en amont du pont Carnot on est entre le niveau moyen et l’étiage toutefois en dessous on doit être au plus à l’étiage. Une question me turlupine alors comment vais-je pouvoir sortir à Génissiat. ?
Malgré le brouillard et l’absence de soleil dans le défilé de l’Ecluse il fait chaud.

L’accès à la Tine du Parnant est rendue impossible du fait du niveau trop bas à cet endroit on est à plus de 5 mètres en dessous du niveau que l’on a en été, je passe sous la voute qui est habituellement noyée.

Par ce niveau les abords de Bellegarde laissent apparaitre ce qui ressemble à une véritable décharge, je rebaptise cette ville Gardelaide, les berges ne sont qu’un tas d’immondices, d’énormes tas de déchets industriels en tous genres. En hiver du fait de l’absence de végétation on s’aperçoit rapidement que les berges du Rhône servent à de nombreux endroits de décharges et pas uniquement aux abords des villes.

Passé Gardelaide puis son usine de traitement des déchets, les paysages redeviennent sauvages.
La drague a été remise en place aux abords de la grande falaise.

Arrivé à Génissiat deux options se présentent à moi. Franchir les 25m de la mise à l’eau recouverte de sédiments particulièrement glissants, ou emprunter la passerelle métallique dont la pente fait au moins 30°. Après être allé tâter le sédiment avec la pagaie je prends la deuxième option. Pour le débarquement je me cramponne ou je peux histoire d’éviter de me foutre à l’eau d’autant plus que j’ai l’appareil photo autour du cou, tout est en pente même ce qui sert de ponton de débarquement  Ensuite j’utilise les montants normalement verticaux de la rambarde pour prendre appuis dessus et avec ça il faut que je remonte le kayak chargé qui fait la largeur du ponton et doit peser au moins 25kg.

Le ponton n’est pas très long mais je suis content d’en sortir sans m’en être mis une.

Habituellement je fais une pause casse croute juste après le barrage, mais cette fois je décide de me faire le portage d’une traite et de faire la pause au point d’embarquement. La descente est particulièrement casse gueule. Malgré le fait que j’ai renfilé mes grosses pompes de montagne la mousse humide qui recouvre le sol bétonné rend le sol particulièrement glissant, la solution est de marcher sur les bords en dehors du béton(va falloir que quelqu'un vienne couper les ronces et les branches des arbres dans lesquelles le kayak vient se coincer sacrebleu!!!) .

Je ne pensais pas me prendre une telle suée au mois de février, j’arrive en bas dégoulinant, c'est le réchauffement qui m'astique, qu'ils disent...

Le niveau du Rhone est particulièrement bas, pas loin de 2m en dessous des dalles sur lesquelles j’embarque habituellement. En fait d’après la station de Surjoux qui se trouve à une cinquantaine de mètres le niveau est en dessous de l’étiage décennal à 1/10 du niveau optimum, Peut être qu'un jour on descendra à pied, bon pour l'instant y'a encore de la réserve dans le Léman.

Vu de mon point d’embarquement la question qui se pose à nouveau est comment cela va se passer à Seyssel ? Si le niveau est très bas à Seyssel il se forme un méandre creusé dans la vase en amont du barrage, lorsque le barrage est quasiment vide il devient très difficile de pouvoir approcher les berges et de débarquer le bras principal se trouve alors au beau milieu du Rhone qui est assez large à cet endroit. Ce matin avant de prendre le train j’étais allé m’assurer que le niveau était suffisant pour débarquer, mais tout peux changer très rapidement en ces périodes de fortes demandes d’électricité.

Après avoir fait ce constat et 2 photos, je fais une pause casse croute. Alors que je m’apprête à réembarquer, toutes les affaires ainsi que l’appareil photo rangées dans les sacs (il faut que je mette à l’eau en passant dans les sédiments et le Rhône a encore baissé) je vois passer au dessus de moi, juste au dessus là ou le sentier fait un virage, un loup qui ne s’attarde pas suivi d’un second qui s’arrête me regarde quelques secondes et reprend son chemin en direction de l’aval du Rhône. C’est par le plus pur hasard que je les ai vus car je n’ai entendu aucun bruit. Lorsque je suis descendu après avoir traversé la route qui va de Génissiat au plateau de la Semine, j’ai entendu un animal, on aurait dit un âne, qui faisait un boucan de tous les diables peut être que les loups étaient alors là-bas, quoi qu’il en soit ils arrivaient du chemin et ont filé tout droit.

Après cet interlude je me remets à l’eau, pour le coup le Rhône est à plus de 2 mètres en dessous des dalles.

Je remonte en direction du barrage pour essayer de voir la descente du saut à ski qui débite plein pot (j’aurai pu prendre cette option pour éviter le portage mais en dehors de la  grande descente qui attaque en dessous du petit pont que l’on voit tout en haut, puis de la giclée qui envoie du gros et la réception qui n’est pas garantie, la température de l’eau n’est pas de la partie pour ce genre d’acrobatie . Et après tout, la descente à pied avec le barda sur le dos, le kayak sur l’épaule, le terrain glissant et deux loups au cul ça à son charme.

Y'a quand même un truc qui m'échappe, alors qu'il y a une forte demande d'electricité pourquoi le trop plein est ouvert, ils pourraient turbiner cette flotte.

Et maintenant direction Seyssel. (c'est rapide)

Arrivé à Surjoux je me retrouve dans le lac de barrage avec un niveau d’eau optimum. Génial le lac est archi plein, pas un pet de vent c’est la première fois que je n’ai aucun vent à cet endroit et aucun courant, zéro marmite au pont écroulé, l’ambiance est paradisiaque. J’aurai souhaité aller à la cascade du pain de sucre mais 1 il n’y avait pas d’eau dans le ruisseau, 2 vue la chaleur je pense que la glace avait certainement fondue.

J’ai guetté sur la rive droite pour essayer de repérer les loups, là j’avais l’appareil photo prêt à être utilisé, mais rien en vue.

Ballade dans les lones en amont du lac de barrage, second débarquement sans mettre les pieds dans la gadoue, en aval le Rhône est légèrement plus bas que d’habitude mais rien de terrible. Quelques centaines de mètres plus bas me revoilà gare de Seyssel après cette superbe journée printanière d’un parcours réalisé en 7h30 dont environ 6 heures sur l’eau.

Comme la saison est quand même fraiche et humide, je pose le Seawave directement sur le toit de la voiture, 2 sangles, et 40km plus loin le bateau est sec prêt à être rangé dans son sac jusqu’à la prochaine sortie.

Quelques photos ICI pour avoir un diaporama il faut aller dans les options ensuite vous pouvez faire défiler plus rapidement avec les flèches de votre clavier.
« Modifié: 03 février 2017, 13:10:52 par jcfer »
  • Plasmor K2 RAID II ; Gumotex K2 river; Gumotex Rush2; CS Canoe Big Monster

Hors ligne rake51

  • Super moderateur
  • Messages: 3337
  • www.kayakrhonelacs.com
    • Entre Rhône et Lacs
Re : Sortie printaniere
« Réponse #1 le: 03 février 2017, 06:39:31 »
Merci pour ce superbe CR détaillé.
Je trouve également que le niveau du Rhône est quand même anormalement bas à cette époque de l'année.
Pour tout dire, c'est la première fois (depuis que j'ai commencé à faire du kayak en 2012) que je le vois aussi bas.
Dommage que tu n'es pas pu prendre en photo les loups, ça aurait été la cerise sur le gâteau :D .
La lumière était belle en tout cas, et tu as su une fois de plus saisir de beaux instants.
Vraiment sympa ta formule de prendre le train et redescendre en autonomie. Tu m'en avais déjà parlé en septembre dernier, et je me tâte à tenter l'expérience avec mon Solar.


A très bientôt sur l'eau ;) .



PS: Et en plus, tu arrives même à remonter le temps :p .
En ce premier jour de printemps 01 février 2016,
  • RAINBOW LASER - RTM Disco - GUMOTEX Solar - WaveSports Diesel - Gumotex Safari

Hors ligne samy

  • Messages: 1412
Re : Sortie printaniere
« Réponse #2 le: 03 février 2017, 06:42:49 »
Une sortie entre chiens et loups en quelques sorte !
Belle couleur d'eau fraîche, quelques stalactites de glaces, des mises à l'eau qui paraissaient effectivement casse-gueule sur les photos ! Et 25kg à traîner quand même !
T'as pas du croiser grand monde !
Entre la partie Gardelaide ( :good: ), et la belle portion qui serpente entre les rochers, ça fait une moyenne dans la beauté du lieu !


Peu de courant je suppose ?
Je ne connais pas le coin, mais ça fait une possibilité de sortie en plus. Je prends bonne note !
Pratique d'avoir le train pas loin.


PS : T'en mets du temps pour tes CR : 1er février 201 :dents:    Y'a p'être une p'tite actualisation du calendrier à faire là  :p


Merci pour le récit de ta balade !
  • Yakkair HP1

Hors ligne M16

  • Messages: 986
Re : Sortie printaniere
« Réponse #3 le: 03 février 2017, 11:41:17 »

Le 6 est à coté du 7 bon je sais ce n'est pas une raison. 2017 s'annonce année pas terrible on pourrait donc étendre 2016 sur 2 ans et passer directement à 2018, pour les naissances on rajouterait un bis, Bon ok j'ai rédigé ça super tard nous devions être le 03/02/2016bis vers 01:00


D'après Météo Suisse on tape des records de niveau bas en pluviométrie sur les alpes sauf sur le nord de la Suisse et on atteint aussi des records de froid sur la moyenne de janvier, résultat niveau des rivières au plus bas.


L'avantage du train est que tu peux faire de nombreux circuits sans te taper des aller retour en voiture d'autant plus que la navette entre Seyssel et Pougny est une vraie chienlit
L'inconvénient sur ce parcours est qu'il y a peu de trains et aucun le dimanche. Par contre des Culoz-Seyssel Culoz-Aix ou Seyssel-Genève ça ne manquent pas.
Sur ce parcours je n'ai rencontré qu'une seule fois des suisses qui s'arrêtaient à Gardelaide
Les parties les plus belles sont entre Pougny et la passerelle de Grésin en aval des Tines du Parnant.
Puis la partie entre Génissiat et Seyssel avec ballades dans les carrières, (il y avait un groupe de marcheurs hier) et  la cascade du pain de sucre. Dans les conditions d’avant-hier sans vent, sans courant pas une ride sur l’eau et grand ciel bleu c’était vraiment magnifique.

  • Plasmor K2 RAID II ; Gumotex K2 river; Gumotex Rush2; CS Canoe Big Monster

Hors ligne NATH 78

  • Messages: 3491
Re : Sortie printaniere
« Réponse #4 le: 04 février 2017, 09:28:06 »
SUPERBES photos....  :good:

  • Solar 410 bleu, Shoreline 54 doré, Sea Leopard flamboyant

Hors ligne M16

  • Messages: 986
Re : Re : Sortie printaniere
« Réponse #5 le: 04 février 2017, 11:50:52 »
SUPERBES photos....  :good:


Merci Nath,
 il y a quand même eu un loup, que j'ai loupé. C'est la deuxieme fois que cela m'arrive, la fois precedente était dans le massif de Belledone, vers le refuge de la combe Madame
Cela dit même si j'avais eu l'appareil à porté de main je ne suis pas sur que j'aurai pu le prendre, comme je ne travaille qu'en manuel et qu'auparavant j'étais en pleine lumiere pour prendre le bord du Rhone en contre jour, le temps que je fasse toutes les manip l'animal était parti.
Aprés coup je me dis que j'ai surtout fais l'erreur de ne pas prendre en photo les endroits ou les animaux traversent la riviere. Avec ce niveau bas, ils sont particulierement visibles grace aux traces laissées dans les sédiments. Alors que lorsque le Rhone est à son niveau moyen les traces disparaissent dans la vegetation. Il y a un endroit ou il y a une véritable tranchée sur les deux berges, donc ça doit pas mal circuler. Quand on dit marcher à pas de loup, je sais maintenant ce que cela signifie car si on entend la plupart des animaux se déplacer, le loup est particulierement silencieux. Quand il m'a fait face est a ensuite disparu il m'est resté l'impression d'un grand silence.
  • Plasmor K2 RAID II ; Gumotex K2 river; Gumotex Rush2; CS Canoe Big Monster

Hors ligne NATH 78

  • Messages: 3491
Re : Sortie printaniere
« Réponse #6 le: 04 février 2017, 14:04:47 »
Oui, j'ai lu le passage avec le loup et j'ai pensé que tu avais surement regretté de ne pas avoir l'appareil sous la main à ce moment...
Mais ça fait partie de ces moments un peu magiques que l'on saisit silencieusement, juste avec ses yeux... ce qui n'est déjà pas si mal  :) !

  • Solar 410 bleu, Shoreline 54 doré, Sea Leopard flamboyant

Hors ligne Pierre73800

  • Messages: 65
Re : Sortie printaniere
« Réponse #7 le: 08 février 2017, 19:51:42 »
Salut,


Comme d'habitude un compte rendu plein de vie et de finesse, tu nous embarques avec toi.


Sacré coup d'oeil pour certaines photos, bravo.


J'ai vu une fois un loup en Vanoise mais je n'ai jamais précisé le lieu par peur des chasseurs.
  • wind solo 5m05

Hors ligne M16

  • Messages: 986
Re : Sortie printaniere
« Réponse #8 le: 20 décembre 2020, 11:27:38 »
Bonjour à toutes et à tous,
je rouvre ce sujet non pas dans le cadre de cette descente bien qu'effectuée à de nombreuses reprises depuis, mais suite au visionnage du film "Le plus beau pays du monde opus3".
Lors de mes précédentes descentes j'avais vu des loups et régulièrement constaté par la présence d'empreintes de leurs pattes qu'ils passaient souvent dans le secteur, bien que certains y voyaient plutôt là des empreintes de chien, tant bien même que le rapport du commissaire enquêteur sur le projet hydroliennes  fait référence aux loups page 24 et 31.
Dans ce film l'un des fils conducteurs est le périple d'une louve, qui partie des Dolomites, traverse seule la quasi totalité de l'arc alpin, périple au cours duquel elle met bas. De l'Italie on la retrouve en Autriche, Suisse, France ou elle finie son parcours dans le Mercantour. Suivie de ses six louveteaux la louve traverse en pleine nuit le pont de Seyssel.  Ci-jointes quelques photos issues de ce film.
  • Plasmor K2 RAID II ; Gumotex K2 river; Gumotex Rush2; CS Canoe Big Monster