Auteur Sujet: La marée, c'est quoi? comment ça marche? que doit-on savoir pour kayaker avec?  (Lu 934 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne djack38

  • Messages: 292
J'envisage d'aller faire du kayak très bientôt dans le Finistère (et peut-être île de Groix dans le Morbihan). Je n'ai navigué qu'en Méditerranée.
Je ne sais donc pas comment fonctionnent vraiment les marées, en particulier dans le Finistère (Crozon)
Quelqu'un pourrait-il m'expliquer ce qu'il y a à savoir d'essentiel pour kayaker dans ce coin?
Et aussi quels sont les courants et ce qu'il y a à savoir pour ne pas se retrouver dans la panade!?
A vous lire!
  • gumotex seawave

Hors ligne jfrancois

  • Messages: 356
les marées ! c'est un truc purement breton pour décourager les touristes de venir se baigner.
en général quand tu arrives la mer est démontée !



Ben non , les marées c'est super. paysages changeants et ça fait tourner la météo.
pour les courants il faut connaitre l'endroit où tu vas .
Morbihan par exemple c'est un poème . mais dangereux si tu débutes .
attend des explications des "Atlantiquins "ou des " Manchois " ils vont t'expliquer mieux que moi.

JF
  • 2 x Isak RTM
JFrançois

Hors ligne bernardo

  • Messages: 621
  • aquanaut hv fibre de chez valley, voile hauturiere ciclo rando camping cariste
BERNARD "Aucun conseil n'est plus loyal que celui qui se donne sur le navire en péril.
Quand un cachalot vient de tribord, il est prioritaire. Quand il vient de bâbord aussi.

Hors ligne djack38

  • Messages: 292
ok, je vu aussi qu'il existe un atlas des marées (Bretagne ouest pour ce qui m'intéresse)
  • gumotex seawave

Hors ligne fred...

  • Messages: 726
Le sujet est aussi vaste et divers que peuvent l'être les côtes bretonnes mais je vais quand même essayer de résumer les principales infos intéressantes pour un kayakiste. En se basant sur plusieurs découpages des zones.

1. "Vraie" mer

Par ce terme, j'entends la zone marine ouverte vers le large et donc soumise à la houle.

1. a) Manche (Bretagne nord)

Marnage (différence de hauteur d'haut en marée basse et marée haute) important, de plus en plus en allant vers l'est, et zones de courants forts fréquents. Du coup, sauf exception, il faut bien prendre en compte les horaires de marée et le coefficient pour préparer sa sortie. À marée basse, la mer peut se retirer loin et donc obliger à faire un portage important au départ ou à la fin de la sortie.

1. b) Océan atlantique (Bretagne sud et ouest)

La zone globalement la plus simple. Le marnage y est bien plus faible qu'en Manche et les zones de fort courant y sont peu nombreuses mais souvent très dangereuses : toute la zone entre le continent, Molène et Ouessant (qui se trouve d'ailleurs en partie dans la Manche et non l'Atlantique), le raz de Sein et le passage de la Teignouse. Pour le reste de la côte (tant qu'on reste en zone "ouverte", cf point 2), on peut souvent choisir sa sortie sans tenir compte des marées. Même par grande marée, le courant n'empêchera pas d'aller d'un point A à un point B (et faire le retour ensuite) ni d'embarquer et débarquer au même endroit à plusieurs heures d'intervalles et hauteurs de marée différentes.


2. Mer à l'intérieur des terres

Concerne à la fois les estuaires des rivières soumises à la marée (Trieux, abers du 29N, Odet, Aven, ...) et les rades ou mer intérieur (rade de Brest, Golfe du Morbihan, ...). Pour ces endroits, à ma connaissance, pas de différences fondamentales entre Manche et Atlantique. La zone la plus dangereuse et la plus dépendante de la marée est souvent l'embouchure/le goulet où à la fois, le courant est le plus fort (zone la plus étroite) et y rencontre la houle venant du large. Suivant le moment de la marée et les forces qui s'y opposent (courant, houle et vent) ou non, les conditions de navigation peuvent être difficiles et même une barre se formée. Cette zone où il faut être bien attentif peut aussi bien être côté intérieure ("rivière") que extérieure ("mer ouverte") ou les 2 deux.

Dans la partie réellement intérieure, la marée doit aussi être impérativement prise en compte. Principalement pour 2 raisons :
- c'est toujours plus facile de pagayer quand le courant pousse que l'inverse. Donc il faut mieux partir avec le courant, faire demi-tour au moment de la renverse et revenir avec la marée que l'inverse.
- à marée basse, la mer s'est retirée des rives et laissent souvent place à des vasières où l'accostage est difficile voir dangereux (risque de s'envaser). Et si c'est du dur, ça peut nécessiter du portage de kayak pour rejoindre sa voiture sur la terre ferme.

Le mieux (surtout quand c'est un endroit qu'on ne connait pas) est souvent de partir proche de l'embouchure aux environs de la mi-marée montante, remonter vers l'intérieur des terres pendant 3 heures, puis faire le retour avec la marée descendante pour retrouver son point d'embarquement aux environs de la mi-marée descendante. Donc si l'embarquement était bon, il ne devrait pas y avoir de problèmes pour le débarquement en fin de sortie.
À noter qu'il peut y avoir des décalages d'horaire de marée (plus de 2h dans les cas les plus extrêmes) entre l'embouchure et l'endroit le plus dans les terres soumis à la marée et que l'information n'est pas toujours facile à trouver (les seules horaires de marée officiels sont souvent pour le port à l'embouchure).


Quelques autres conseils qui me passe pas la tête qui montre qu'il faut toujours rester attentif pour ne pas se retrouvé coincer :
- lors de la marée descendante, le risque est d'être dans une zone plus profonde que les alentours et de ne plus pouvoir en ressortir par qu'il n'y plus assez d'eau. Ça peut concerner aussi bien les plateaux rocheux, les vasières ou mêmes les tables de parc à huitres. Mais à moins de rester glander sur place, il y a toujours le temps de réagir à temps pour ressortir de la zone.
- lors de la marée montante, c'est la hauteur des grottes et le tirant d'air des petits ponts qu'il faut prendre en compte. Mais en général, on ne reste pas longtemps dans une grotte et souvent les petits ponts
sont très proches de la fin de la zone navigable.


Et pour finir, concernant Groix, on est dans la zone 1.b donc sortie faisable sans se soucier de la marée. Mais par contre prévisions de houle et de vent indispensables avant de faire une telle sortie.


En espérant ne pas avoir écrit trop de conneries (surtout sur la Manche que je connais bien moins). Mais d'autres corrigeront si c'est le cas.
  • Tahe Marine Fit S

Hors ligne djack38

  • Messages: 292
merci JF, Bernardo et Fred. J'envisage surtout la presqu'île de Crozon et Groix. J'ai noté que pour Groix, c'était assez simple. Pour Crozon, l'indication de Fred de partir de l'embouchure à mi-marée montante, direction l'intérieur, pour revenir à mi-marée descendante me paraît précieuse; elle m'évitera de tout faire à l'envers! En tant que novice de la Bretagne j'aurais eu tendance à faire l'inverse, aller vers la plein mer le matin et revenir le soir... :no: . Le passage potentiel scabreux est donc à la pointe, quand le courant se croise avec les marées. Cette "barre" est-elle aussi effective en cabotage, près du bord,  car je souhaite longer les côtes sans m'éloigner mais sans me faire écrabouiller contre les rochers non plus?!!
Est-il utile d'acheter l'atlas des marées?
j'ai aussi lu qq part un truc appelé shon...
  • gumotex seawave

Hors ligne fred...

  • Messages: 726
Groix, c'est simple d'un point de vue marée. Mais seulement de ce point de vue. La côte sud reste dangereuse avec seulement 2 abris sûrs (Locmaria et port Saint-Nicolas). La zone entre la pointe de l'enfer et Pen Men est soumise à la houle et au ressac. La pointe des chats est prolongée par un plateau rocheux où se créent des rouleaux pouvant être traîtres.

Concernant Crozon, c'est grand et il faudrait que tu précises la zone que tu souhaites voir. Parce que pour moi, c'est essentiellement en zone en mer ouverte. La seule embouchure du coin est le goulet de la rade de Brest où il y a effectivement de forts courants (mais pas de barre à ma connaissance). Le fond de la rade de Brest/l'Aulne maritime est aussi une zone où les courants doivent être pris en compte.
  • Tahe Marine Fit S

Hors ligne basilic

  • Messages: 3002
Je confirme les dires de Fred, le lieux de fort courants en presqu’île de Crozon sont plutôt dans la rade de Brest:


Le Goulet où ils sont les plus violents, sinon du coté de Pen Ar vir près de Lanvéoc, autour de l'île ronde aussi.
Dans l'Aulne Maritime à moins d'avoir un grand coefficient de marrée et d'être au milieu du marnage, cela reste praticable tout le temps.
  • feuillette eskimo