Auteur Sujet: Opération "Canoé-sans-traces" sur le Haut-Allier  (Lu 494 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne LeChem

  • Messages: 1208
Re : Re : Opération "Canoé-sans-traces" sur le Haut-Allier
« Réponse #15 le: 30 août 2019, 18:41:30 »
Gérard, un petit covoiturage, l'an prochain. avec quelqu'un qui fera 2h de route en plus ?
voir date exact, tracé et classe. je prends acte, pour juillet 2020. peut-être même Psim, pour une équipe Occitanie  :W ! des Toulousains .......?
Bien sur :W .
  • Sevylor sk 100 et sk 200, Aquamarina Betta K2 10.3 et 13.6, K0 10.3, Blueborn SKX 200, Zpro Flash 100

Hors ligne rio

  • Messages: 98
    • canoekayak.fr
Re : Opération "Canoé-sans-traces" sur le Haut-Allier
« Réponse #16 le: 31 août 2019, 08:38:15 »
Bravo les Occitans & Toulousains  :good:  !!!


- Pour apporter une info honnête au sujet des classes et démystifier un peu ce "Haut-Allier", - Avec le débit quasi constant estival entre 10 et 12 m3s -
Y'a moyen de démarrer à Chapeauroux pour 18 km de classe principalement 2 avec quelques 2+ et deux rapides classés (3)... sachant que les 3 en question c'est si tu passes dans les petits rouleaux qu'ils contiennent ce qui est loin d'être inévitable... A l'arrivée de cette première étape, le camping municipal d'Alleyras ("Naturcamp Au Fil de l'Eau") est directement accesible depuis un débarquement env. 400m en amont du Pont de la D33. Ensuite: si vous êtes en weekend, il n'y a normalement pas d'activité sur le chantier du barrage, ce qui permet de continuer les 3 km (auparavant un lac, maintenant de l'eau courante et un peu de classe 2), jusqu'à 200m en amont du barrage sur le plan d'eau de la retenue qui restera. Le portage se fait facilement sur la gauche du barrage et le rembarquement par l'ancien escalier qui est contre le barrage en rive gauche. Ensuite arrive le fameux parcours du "Viel-Allier" - anciennement interdit et depuis deux ans autorisé suite deux annulations de l'arrêté d'interdiction par le tribunal administratif - soit 9km de classe 2 entrecoupée de longs biefs d'eau absolument calme et de 5 à 6 rapides que certains classent en 3 et d'autres en 2+, situés à des endroits facilement portables. On arrive à Monistrol où il y a un camping directement accessible depuis un débarquement rive droite (km 30 depuis Chapeauroux). Et pour finir il vous restera encore la section classique entre Monistrol et Prades, effectivement proposée par les "compagnies de raft", mais qu'il faut relativiser ou démystifier compte tenu du débit de référence (10 à 12 m3s): les 4 premiers km contiennent effectivement 4 rapides méritant la claase 3 et peut-être une classe 3 + pour deux d'entre eux... En réalité les premiers peuvent s'éviter en prenant les passes de gauche qui sont les plus larges et les plus évidentes, et dans ce cas on reste en (2). Ensuite la "Roche-qui-pleure" et la "Barraque-Ponet" peuvent tout simplement - et facilement - se porter, si besoin. Il faut juste être capable et être décidé à naviguer en sécurité, en s'arrêtant dés qu'on a pas assez de visibilité mettons sur les 100m à venir, simplement se mettre debout sur la rive à côté de son bateau (un jeu d'enfant en gonflable) pour examiner la pente, les lignes, avant de passer ou de porter. En gros: un minimum de lecture de rivière et de bon sens ! Après ces 4 km, on a en fait passé toutes les difficultés espacées qui font la "réputation" du parcours et la suite jusqu'à Prades n'est honnêtement pas plus difficile que le "Chapeauroux-Alleyras". Il n'en est plus de même quand les débits dépassent 15 m3s bien-entendu !
Dans l'hypothèse d'une fin de la croisière à Prades (km 41), personnellement j'ajouterai encore 3 km à ce parcours en continuant jusqu'au pont de la D48 à saint-Julien-des-Chazes (km 44 depuis Chapeauroux), car la rivière conserve encore un peu de pente, quelques berges rocheuses, et quelques petits rapides un peu plus typés "eau-vive" que ceux qui suivent sur les sections en aval.

- En ce qui concerne une association d'usagers pagayeurs: elle paraît indispensable aux élus locaux qui s'intéressent à la protection du haut-Allier, et donc à sa réglementation de la pratique: éviter par dessus tout la catastrophe réelle de l'Ardèche EST la priorité évoquée par tous: élus, pêcheurs, riverains et une partie des pagayeurs (en gros les privés et certains pros). Pour avancer dans la protection et la labellisation du Haut-Allier, il faudra régler le conflit éternel pêcheurs-pagayeurs qui pour l'instant avait conduit (durant 30 ans !) à une interdiction préfectorale de la navigation de la section Vieil-Allier et interdit toute pratique entre le 16 Octobre et le 31 mars sur tous les parcours. Pour régler ce conflit, les élus sont prêts à nous soutenir (donc autoriser) - ce qui est nouveau - Mais, à condition disent-ils, de discuter avec un seul interlocuteur, d'où leur demande pour une association d'usagers.
La FFCK a bien un Comité Départemental qui s'interresse à cette question (on leur doit notamment le retrait des arrêtés préfectoraux par le tribunal administratif, merci tout d'abord à eux et aux professionels du raft locaux associés), MAIS... du fait de son partenariat avec EDF, ET de sa vision "Ministère Jeunesse & Sport" de notre activité, la FFCK qui donne les directives à ses Comités, n'est pas assez représentative de la pratique des individuels privés (autrement dit, ne tient pour l'instant aucun compte de notre pratique individuelle responsable et "écolo"). De plus les administratifs de notre ministère "de tutelle" (Jeunesse & Sports) qui sont derrière tous ces dossiers n'ont hélas aucune compétence en terme de gestion de la navigation sur des rivières "sauvages".
Il y aura encore beaucoup à dire sur ce sujet, mais pour l'instant rien ne presse non plus, on pourra dévelloper l'idée dans d'autres post spécifiques au grés des motivations ou questions de chacun.

Bonnes fin de vacances et navigations à tous !
  • Jackson Karma L, prototypes K.U.L, toute la gamme Gumotex
Laurent Nicolet - navigue régulièrement en rivière depuis 1976, responsable de la marque Gumotex en France. Concepteur de quelques modèles Gumotex et Airyak, fabriquant des Paddlecats.