Auteur Sujet: Pour des sorties courtes mais loin de la maison ... gonflable ou démontable?  (Lu 5713 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Lebowski

  • Messages: 14
Bonjour tout le monde,

Je me permets de reposter ici dans la bonne rubrique ce que j'ai déjà plus ou moins écrit dans la rubrique présentation:


Mon épouse et moi pratiquons le canoé rigide (Old Town Discovery 158) depuis pas mal d'années, toujours en rivière "déchainée" (Garonne entre Bossost et Fos, et la Noguera Ribagorçana entre Puente de la Montanana et la Panta de Caneles).
On adore ça à la limite de l'inconscience (on passe beaucoup de temps à récupérer nos pagaies et le canoé, à nager, à vider ...) , mais ça reste anecdotique.
Aucune formation, aucune théorie.

Bon c'était juste pour donner une référence de ce que l'on sait (ou sait pas) faire.

En fait, la raison de mon inscription ici est le fait que notre plaisir principal reste le voyage solo en voiture (Moyen Orient et Afrique du Nord et l'essentiel de l'Europe, jusqu'ici), et que souvent, je regrette de ne pas avoir un "navire" sous la main, pour explorer un peu plus ce que l'endroit récemment découvert peut nous proposer. Les voyages motorisés à venir sont prévus en Europe du Nord, Amérique du Sud ...

Tout ça pour dire que le Old Town est génial pour jouer autour de chez nous, mais le transport sur piste défoncée pendant 10000km (et bien plus sur route) sur la galerie, c'est pas l'idéal.
Donc, je suis à la recherche d'un outil (Kayak) démontable ou dégonflable, à emporter en bagage.
Cette phrase n'est pas anodine, puisque j'ai pas mal recherché le sujet, et ma conclusion est que je n'arrive pas à me décider entre un "pliable" et un "gonflable".

Les modèles gonflables qui retiennent mon attention sont les Advanced elements 1007 et Bic Nomad HP3. En pliable, les Klepper, Wayland et Nautiraid.

En gros, le pliable me plait beaucoup, je trouve le concept génial, un matériel de qualité, suivi par le fabricant, réparable, correspond à ma philosophie, mais la rapidité de mise en oeuvre d'un gonflable, le prix d'achat modéré (disons 1/3 du prix d'un pliable, neuf ou occase), son poids inférieur ne sont pas pour me déplaire.

Ne pas oublier que dans notre usage, on se déplace en voiture, et le kayak ne sera utilisé que sur une journée ou deux: on arrive sur un lieu avec de l'eau, ça nous plait, et on veut pouvoir faire une balade sur une voire deux journées.

Alors pour préciser la chronologie du projet, mon intention est d'acheter un truc entre maintenant et l'automne, puis de le tester (apprendre à m'en servir) dans des conditions semi-compliquées (Méditérrannée près de Barcelone donc eau chaude mais avec des vagues pour voir à quel point c'est casse-gueule) à l'automne, puis de l'emporter (et là c'est le premier but de l'achat) en 2016 en Islande pour nous balader sur des plans d'eau douce (froids) et éventuellement dans des Fjords (seulement si la météo est calme).

Le gonflable me plait par le prix modéré, mais surtout la rapidité de mise en oeuvre, la stabilité, et le fait de pouvoir "décider" par la suite si je veux aller plus loin (passage au kayak pliable), mais j'ai un peu du mal avec le concept "société de consommation".
De plus, quand je lis ici et ailleurs les retours sur les gonflables, je trouve toujours des avis très négatifs, sur tous les modèles ... et je me dis: "ha non, ce modèle-là non plus, ça ne va pas" (peut-être à tort?)

En bref, j'essaie de comprendre avec plus de détails, le type de kayak qui serait le plus adapté à mon usage.
J'ai un peu l'impression que les pliables sont plus adaptés aux gens qui se rendent sur un lieu de villégiature pour une semaine, passent une heure au montage, et utilisent le kayak pendant une semaine, puis démontage, séchage ... pas forcément idéal pour un usage pour une voire deux journées?
De plus, si je regarde ce qui est à vendre le coincoin, je me pose la question essentielle à mon avis de l'état des peaux sur des démontables qui ont 10, 20, 30 ans ... un Klepper des années 60 avec des voiles ... wouaouw magnifique ... ça, ça me parle au plus haut point ... mais si je dois rajouter 2000€ pour une peau neuve (hors de question) ... et ensuite passer 40 minutes de montage ... puis démontage ... rinçage ... tous les jours ... pfffff ...

Mon questionnement vous semble-t'il compréhensible? cohérent ?

Pour résumer: le but est de transporter dans (pas sur galerie) un Land Rover Defender 130 (le poids et l'encombrement sont relativement secondaires, à partir du moment où ça rentre dans la benne du pick-up) sur pistes défoncées pendant plusieurs semaines (voire mois), puis un montage et utilisation pendant "seulement" 1, 2 ou 3 jours d'affilée en fonction des lieux découverts et de la météo.

Dans le sens d'une recherche de sécurité maximale (lac/mer, vagues modérées, eau froide, mais pas de rivières), je pense (ai-je tort?) que les faux-ponts et jupes sont indispensables pour limiter l'entrée d'eau?
une dérive me semble une bonne idée ... mais est-ce indispensable?
Les peaux de kayaks démontables tiennent combien de temps? Y-a-t'il des gens ici qui naviguent avec la peau d'origine en mer avec un démontable des années 60?

  • Klepper 520

Hors ligne Lebowski

  • Messages: 14
et je me permets de rajouter ici les réponses déjà postées:

oui tu es tres coherent, pour moi j'abandonnerait l'idee du gonflable, j'ai eut et j(ai lu , trop de soucis, le pliant avec des gonfles, tu est en securite meme si tu perces, et si tu as le kit de recuperation, tu reparts le lendemain
voila ce serait mon obtion mais attention a tout ce qui affleure de l'eau


:coucou: Trefuen!

 :icon_dribble: Le fjord de seidisfiordur,le lagon glaciaire du Jokusarlon en slalomant entre les icebergs,
longer la plage de Vick y mirdal et passer sous l'arche,et les fjords du nord ouest,essayer d'apercevoir les cachalots et les dauphins au large d'Husavik ...

A évité seulement,certain lac avec sources chaude(90 °C par endroit),notre guide nous avait fait une surprise
en le traversant en planche à voile,mais c'était surtout pour déconner  :W

Je me souvient lors de notre excursion pour observer les baleines(whalewatching tour)où on nous a dit que les cachalots étaient partis durant la nuit.Je repasse le lendemain,il y avait toujours le tour.Depuis combien de temps les cachalots étaient parti?Mystère.
Maintenant ils n'allaient pas changer le nom du tour,ni arrêter de travailler,mais peut être dire:les cachalots se sont tirés,vous verrez seulement les dauphins,et c'est très bien.Ce n'est qu'une remarque personnel.

L'Islande,est un lieu unique en Europe,et elle marque les esprits.
Selon moi,l'essentiel se trouve sur terre(glacier,rift,geyser,source chaude,lac,volcan et pseudo volcan,chute,formation rocheuse,champs de lave)
Peut être y a t il quelques rapides?

Je ne sais pas,mais j'aurais plutôt rechercher si il n'existe pas de location de kayak de mer en Islande.ça fera moins de bordel dans le pick up,comme gilets,pagaies,gonfleur,charriot...

Pour suivre ce poste peut être que tu peux le copier coller dans la rubrique matériel,choix conseils.

Sinon,bienvenue.

Ton,votre expérience de nage + récupération du matériel est intéressante,faudra nous refiler vos astuces.


Merci pour vos réponses,
Gilles, je pense que tu as bien saisi l'idée derrière l'Islande  ;)
Sauf que louer sur place, même si c'est possible, est hors de question, car le but du jeu est de justement avoir le bateau toujours avec nous, et de pouvoir décider à l'instant de jouer dans l'eau ou non. La location impliquerait de devoir passer par un endroit où on peut louer (et d'y repasser à la fin du voyage), mais surtout, de se trimballer un kayak sur la galerie, pendant 3 semaines, sur des pistes dont on ne connait pas l'état. De même, il me semble important d'avoir "mon" outil, que je connais, et sur lequel je connais mes limites.
Sinon des rapides, oui il y en a, mais c'est du genre à donner du frisson rien qu'en regardant, de loin  :surrender:
Et descendre des rivières très froides et que l'on ne connait pas, je préfère laisser ...

Oliver
  • Klepper 520

Hors ligne annickemmanuel

  • Messages: 7645
Désolé, mais je n'ai pas tout compris sur l'utilisation souhaitée.

Est-ce pour aller en rivière qui bouge une peu (Classe II et III) sur eau plate ou en mer un peu agitée ou non.

Ce ne sont pas les mêmes programmes et pas les mêmes bateaux.

D'ailleurs en parlant de bateau, c'est plutôt un kayak ou un canoë que vous recherchez.

Pour les pliants sauf de rare exception, le temps de montage/démontage me semble prohibitif sauf à prendre plaisir à ça.
  • CLC Shearwater 17 sectionable, Jackson 4Fun, Pyranha Karnali, Pyranha InaZone, Gumotex Swing2

Hors ligne ribore

  • Messages: 192
  • De l'eau, de l'air, du temps...
J'aurais tendance à penser que le Oru (http://www.orukayak.com) peut remplir le programme tel qu'il semble apparaitre, du moins si les monoplaces sont en lice (je rejoins un peu AnnickEmmanuel même si, en (re)lisant bien, je crois voir que les conditions extrêmes ou très/trop sportives sont un peu hors programme)  ... mais c'est un kayak relativement récent (2/3 ans) et il n'y a que quelques  "retour-utilisateur" dans des forums anglophones).
A noter que l'importation en Europe est récente, notamment en France où "le Vieux Campeur" est l'importateur/distri[size=78%]buteur exclusif (ils ont quelques défauts mais diffusent assez rarement de la camelote... :) )[/size][/size][size=78%] [/size]
De l'eau, de l'air... du temps

Hors ligne Lebowski

  • Messages: 14
Bonjour,
oui je confirme que l'usage serait pour du lac et de la mer uniquement. Je parlais canoé et de rivière dans ma présentation, uniquement pour donner une idée de notre manque d'éxpérience en Kayak et en mer.

Je cherche donc bel et bien un kayak de mer biplace, qui soit démontable ou dégonflable, pour pouvoir emporter et naviguer sur lac et sur mer. Le volume du paquet n'a pas trop d'importance, le poids est secondaire aussi.
Les conditions seront "à priori" non sportives, mais en cas de changement de météo, de passage dans le sillage d'un gros bateau ou autres, j'aimerais éviter que mon embarcation ne se remplisse d'eau (donc faux-pont et jupes).
Je ne sais pas à quel point une dérive est un plus ou pas, mais j'imagine que pour une traversée de baie sur quelques km avec du vent latéral, ça doit bien aider. Dans la même idée, je me demande si la possibilité de monter une voile ne serait pas un "gros" plus.

Je visualise donc assez bien ce que je veux, il me reste à peaufiner les avantages/inconvénients entre les gonflables et les démontables pour me convaincre que ce sera l'un ou l'autre.
J'ai du mal à imaginer qu'un gonflable soit assez rigide (bien que le prix m'attire). La durée de montage/démontage d'un démontable est un frein certes, mais comme dirait l'autre: "l'homme pressé est déjà à moitié mort"  :D on va dire que c'est secondaire: le plus important pour moi est une navigation efficace et la sécurité.
 
 :coucou:
« Modifié: 06 août 2015, 09:40:13 par trefuen »
  • Klepper 520

Hors ligne gilles 77

  • Messages: 1106
Gonflable!
Je ne sais pourquoi :D ,mais je crois que vous aller finir en Gutomex seawave!

Coté envie pressante d'aller sur l'eau,navigation efficace,et sécurité.

Vite sortie,vite gonflé,vite séché,vite rangé.
Robuste,sécurisant même boudins dégonflés,
prix,somme toute,raisonnable(connaissant le prix du ferry pour l'Islande avec sa voiture)
Plutôt rigide,et logeable.
Bien sur ponté avec jupes.
Revente facile et rapide au vu de la réputation de la marque.

L'homme pressé est déjà à moitié mort,ok,mais quand dehors les conditions atmosphériques se dégradent,si tu ne te presses pas tu sera complètement mort  :p
J'y connais rien en démontable,mais je pense qu'il y a toujours des trucs à emmancher,alors que sur un gonflable a part quelques exceptions,tu peux te débrouiller avec deux mains gauches(gelées)et avec des gants.

Sous la pluie,et le vent(souvent présent en Islande)la préparation et le rangement du kayak seront plus agréable si elles sont de courtes durées.

La navigation ainsi que la sécurité incomberont plus à vous deux qu'au kayak seul,surtout en mer,c'est une évidence,mais bon,il faut relativiser le rôle du kayak.

J'imagine aussi,que lorsque tu dis "aller à l'eau dans l'instant"tu ne penses pas,aller en mer,sans avoir vérifié la météo à venir,ou même t'être rencardé auprès des locaux pour connaitre les dangers éventuels(courants entre autre).Bien sur la météo présente,imposera parfois sa volonté,a pied,en vélo,en kayak...

Bonne recherche.



  • un gonflable Sévylor Rio , Gumotex twist 2 (série 2)

Hors ligne Romarin 06

  • Messages: 1530
Bonjour,

Compte tenu de ton cahier des charges, le choix est réduit.
BIC Nomad HP3 ou Gumotex Seawave.

Possesseur d'un Nomad, je me garderais bien de dénigrer le Seawave, je n'ai jamais mis les fesses dedans...

On s'accorde à dire (mais en l'absence d'essais comparatifs  :voyons: ...) que le Nomad est plus "marin" que le Seawave, ceci-dit, les deux restent à flots avec un des éléments structurels dégonflé. La rigidité du Nomad permets d'affronter des "grosses*" mers (* tout est relatif) d'autant qu'on peut sans grand risque augmenter le pression des divers éléments dès lors que le bateau ne reste pas immobile en plein soleil. Quid du Gumotex ?
En tout état de cause, à capacité d'emport (environ 270 kg) à peu près identique, le Nomad est plus logeable (plus long, et "boudins" moins gros) que le Seawave.

Je n'aborderais pas la fiabilité, mais certains sujets récents concernant des Gumotex,  "explosions" ou décollements non négligeables",  tempèrent un peu le coté dit increvable des Gumotex.

A part ça, un Nomad est beaucoup plus beau qu'un Seawave  :dents: .

Bon choix :D     
  • Nomad HP3
Le mieux est l'ennemi du bien, mais c'est bien d'essayer de faire mieux...

Hors ligne annickemmanuel

  • Messages: 7645
Les pliants nautiraid et klepper sont réputés bons et chers.
Wayland, copie de Feathercraft en beaucoup moins cher a vu le jour il y a quelques années, pas mal mais certains défauts de qualité ont été reportés ça et là.
Triton a l'air pas mal, c'est russe et le lagoda 2 pourrait te plaire.

Le Bic Nomad HP3 aura un comportement proche d'un pliant en un peu moins logeable (quelques défauts de qualité de fabrication reportés ça et là) J'en ai eu un jusqu'à ce que le plancher crève (pris en garantie)
Le seawave sera moins rigide (pas de superstcture ni de haute pression type enveloppe drop stitch) mais peut faire l'affaire.
L'AEC pourrait aussi allé avec son backbone, mais plus lourd et plus court.
D'autres gonflables pontés existent aussi, sevylor pointer, intex, ... mais je ne sais pas ce qu'ils valent.

Il y a aussi les rigides sectionnables en 3 ou 4 morceaux, recomposables par sangle ou boulonnage.Peut-être aussi à étudier (j'en ai un j'en suis content)
« Modifié: 06 août 2015, 12:50:09 par annickemmanuel »
  • CLC Shearwater 17 sectionable, Jackson 4Fun, Pyranha Karnali, Pyranha InaZone, Gumotex Swing2

Hors ligne Lebowski

  • Messages: 14
Merci pour vos réponses.
D'une manière générale, est-ce que l'on sait comment vieillissent les matériaux souples, que ce soient les gonflables ou les peaux des démontables? Ce que je veux dire, c'est que j'imagine qu'à partir d'un certain nombre d'années, ça doit durcir, se fissurer, et donc être à remplacer, non? 
Peut-être que les kayaks gonflables sont encore un peu trop jeunes pour avoir un retour, mais quand je vois des démontables des années 50-60-70 à vendre, je me dis que je peux faire un croix sur la peau, est-ce ça vous semble ridicule, comme avis?
  • Klepper 520

Hors ligne dejah

  • Messages: 2476
    • SophiaOutdoor
Question qui m'occupe l'esprit depuis pas mal de temps, et qui trouvera probablement sa réponse dans les technos HP/Dropstitch déjà proposées par SeaEagle (depuis peu importé en France) et par d'autres présents ou à venir...

Les avantages viennent combler la plupart des inconvénients des autres catégories confondues :
- léger
- rapide à mettre en oeuvre
- rigide
- plus de volume de chargement
- pas hors de prix
- séchage + simple

Ne manque plus qu'un pontage bien conçu, en solo et en bi, et ça deviendra LE kayak de voyage (selon moi) :jap:
  • P&H Delphin 155 / Sipre Ackua Fun (lui) Venture Easky 15 LV (elle) Bic Full HP2 (nous)
SO ~ FB

Hors ligne Romarin 06

  • Messages: 1530
Citer
Ne manque plus qu'un pontage bien conçu, en solo et en bi, et ça deviendra LE kayak de voyage (selon moi) :jap:

Pas seulement, j'attends de voir les pontages, entre autres. J'espère que les fabricants vont se tirer la bourre et rivaliser d'ingéniosité, d'innovations et se concurrencer sur les prix  :p . Rêvons, mais éveillés.
  • Nomad HP3
Le mieux est l'ennemi du bien, mais c'est bien d'essayer de faire mieux...

Hors ligne jcfer

  • Messages: 6315
  • Seul en mer, le bonheur simple !
Merci pour vos réponses.
D'une manière générale, est-ce que l'on sait comment vieillissent les matériaux souples, que ce soient les gonflables ou les peaux des démontables? Ce que je veux dire, c'est que j'imagine qu'à partir d'un certain nombre d'années, ça doit durcir, se fissurer, et donc être à remplacer, non? 
Peut-être que les kayaks gonflables sont encore un peu trop jeunes pour avoir un retour, mais quand je vois des démontables des années 50-60-70 à vendre, je me dis que je peux faire un croix sur la peau, est-ce ça vous semble ridicule, comme avis?


Je trouve que ça vieilli relativement bien, il n'y a qu'à voir certains bateaux type Zodiac qui restent dehors à l'année.

Hors ligne Romarin 06

  • Messages: 1530
Le Nomad d'Andy, le concepteur des Yakkair et Nomad, est gonflé depuis plusieurs années, dehors, par tous les temps...

Le mien, sauf maintenance ou très longs trajets, est gonflé toute l'année, et stocké + ou - à l'ombre (avec une pression réduite) de début mai à fin octobre (stocké pendu dans le garage le reste de l'année).

Si ce n'est le changement de couleur du dessus (ahh les UV) et les traces d'usage + ou - moins marquées, je n'ai pas constaté de craquelures, fissures, fentes, etc, qui attesteraient un vieillissement prématuré du bateau. 
  • Nomad HP3
Le mieux est l'ennemi du bien, mais c'est bien d'essayer de faire mieux...

Hors ligne Lebowski

  • Messages: 14
Bonjour tout le monde,

alors ça y est   :saint:

je me suis trouvé un Klepper 520 Expedition.

Le montage est beaucoup plus rapide que ce que j'anticipais, donc pas de souci de ce côté. Côté poids, pas de surprise non plus (c'est du même ordre que notre canoé, ça se porte à deux sur quelques mètres sans problème)

On l'a essayé sur un petit lac (bien chaud  :ange: ) pour voir ce que ça donne, notamment l'histoire de remonter à bord après dé-salage. J'ignore si c'est la bonne procédure, mais je l'ai retourné par l'arrière, puis je suis remonté par l'arrière (après avoir abaissé le safran  :ange: )  comme vu sur certaines vidéos, puis (une fois que j'étais installé, avec ma pagaie pour stabiliser un peu) mon épouse est montée par le côté à l'avant. Il y avait pas mal d'eau à bord, mais pas autant que ce que je craignais (j'avais installé le faux-pontage mais pas les jupes).
Mais c'est long à pomper, une centaine de litres de flotte...

Pas pu atteindre le palonnier (trop en arrière) avec mes pieds, il va falloir que je trouve une solution pour ça, car mes pieds tombent très en avant (je peux gratter le dos de la personne qui se trouve à l'avant avec mes orteils  :D )


J'ai maintenant quelques questions:

1. Dans un kayak biplace, quelle est l'astuce pour ne pas taper dans la pagaie de l'autre? faut-il que celui qui se trouve à l'arrière se synchronise sur celui qui se trouve à l'avant?

2. Si l'on maitrise l'esquimautage en solo (ce qui n'est pas -encore- notre cas), est-ce que cette technique est envisageable à deux? si oui: quelle est l'astuce?  :surrender:

3. J'aimerais, si c'est possible, l'immatriculer, ne serait-ce que pour éviter les questions dans les ports et/ou sur les plages de la part des diverses autorités, en France comme à l'étranger. J'ai fouillé les infos concernant l'immatriculation mais je n'ai pas bien compris dans quel cas je tombais.
D'une manière générale, est-il possible d'immatriculer ce type de kayak (d'occasion donc sans facture d'achat à mon nom, et de 1994)? Autrement dit, est-ce que Klepper va me fournir les documents demandés (déclaration de conformité, attestation de construction, fiche de renseignements, déclaration d'insubmersibilité ...)

4. De même, si la limite maxi de navigation dans ce type d'embarcation (immatriculée ou pas) est de 6 nautiques d'un abri, comment font ceux qui traversent les mers en kayak? sont-ils dans l'illégalité, ou bien existe-t-il des procédures d'autorisation exceptionnelle?

Merci d'avance !!

Oliver.
« Modifié: 30 août 2015, 15:49:30 par Lebowski »
  • Klepper 520

Hors ligne annickemmanuel

  • Messages: 7645
1. Oui

2. Oui si très synchronisé, mais pas avec ce type de kayak

3. Non, il faut la facture d'origine si il n'a pas été immatriculé. Klepper ne devrait pas pouvoir t'aider. Mais non immatriculé, tu peux déjà t'éloigner de 2 miles nautiques d'un abri. N'est ce pas suffisant.

4. Certains partent d'autres pays ou ne se font pas prendre. Certains ont un bateau accompagnateur qui constitue un abri.
  • CLC Shearwater 17 sectionable, Jackson 4Fun, Pyranha Karnali, Pyranha InaZone, Gumotex Swing2