Rubriques > Démontables

Narak Indécision, stabilisateur ou pas

<< < (2/2)

martin44:
Personnellement c'est un Narak 550 que j'ai acheté fin 2015 avec les Stabilairs. Pour le 550 je ne regrette pas ce choix car il rend la bête plus polyvalente. Il faut dire que le 550 sans Stabilairs est quand même étroit (52 cm!), pas vraiment assez stable au début (ça va mieux maintenant, j'avais aussi mis la barre très haut en commençant le kayak de mer avec un tel engin à 65 piges!) et à capacité de charge un peu faible quand on part en rando de 2 ou 3 jours avec matériel de bivouac même minimum (ma tente fait 1400g mais si l'on est pas sûr de trouver de l'eau douce à mi-course il faut emmener 4 l rien que pour l'eau).


J'ai aussi maintenant mon Teo 5.2 CP époxy que j'en réalisé en version "sectionnable" (j'en ai parlé dans un autre message). C'est à peu près pareil pour la stabilité que le 550 sans Stabilairs (56 cm de large soit 4 de plus mais avec des bordés assez en V et une largeur de flottaison de seulement 44 cm. Je me fais encore des frayeurs quand il y a à la fois de gros remous de courant et du clapot dans mon terrain de jeu habituel du Golfe du Morbihan... Et compte tenu de ses formes, pas question de remonter à bord par l'arrière sans assistance si on n'utilise pas de "paddle float" alors que ça se fait sans problème avec le Nautiraid stabilairs gonflès.


Ca va mieux maintenant mais je pense que j'utiliserai l'un ou l'autre selon les conditions: le Teo plus fin et plus rapide en sortie à la journée dans des eaux relativement abritées, et le Narak Stabilairs gonflés (mais pas vraiment à 100%,j e les gonfle plutôt aux 2/3) pour de la rando de 2-3 jours (histoire aussi de "rentabiliser" les temps de montage et démontage que je ne suis toujours pas arrivé à redescendre au dessous de 35 + 20 mn) et de la mer plus agitée.


Pour un 460 plus court et plus stable je me demande si ça vaut le coup. Ce n'est pas vraiment un bateau de randonnée amené à faire de petites traversées avec bivouac (genre Quiberon-Houat ou tour de l'île de Groix demandant plus de capacité de charge et de stabilité, c'est plus un bateau de petites sorties en conditions pas trop difficiles pour lesquelles le problème ne me semble pas se poser.


Pour ce qui est de l'aspect réserve de flottabilité attention : le volume des stabilairs est quand même faible, si on n'utilise pas de "chaussette de mer" comme je le fais le bateau redressé après chavirage est quand même rempli de beaucoup d'eau s'il n'y a pas de volumes gonflables intérieurs. Il est alors difficile à vider (voire impossible si l'eau n'est pas très plate), même avec une assistance efficace d'autres kayakistes...

Navigation

[0] Index des messages

[*] Page précédente

Sortir du mode mobile